Dagboek Raphaël Waterschoot
Conclusions de la Garde Civique 1913 a la date du 25 janvier
Bulletin officiel 684.jpg 240.6K
Vorige pagina | Volgende pagina  
Indexpagina
of ga terug met de BACK-toets

tant  aux exigences du service de la garde civique en temps de paix, qu'à celui qui incomberait en cas de défense du teritioire.

De tout temps, l'uniforme a joui d'un certain prestige il se
justifie, parce que l'uniforme attire 1'attention publiquc sur celui
qui en at revétu et lui rappelle la dignité de sa mission il est
tenu dès Iers â une réserve qui lui impose le respect.. S'il s'en
ècarte, il rnanque à ses .devoirs et cornpromet son autorité.

CONCLUSIONS.
II est aisê de faire des rapprochements entre les principales
prescriptions de la loi organisant Ia garde civique actuelle, et
les anciennes ordonanaces et coutumes qui régissaient les Gildes
les milices communales et les serments

En voici quelques-uns
1 Division en ban (actifs)  et arriêreban (sédentaires);
2° Organisation locale. Les corps de volontaires et le premier
ban peuvent sortir de la ville pour la défense de la patrie. Rien
de formel quant à l'ernploi du second ban composé de séden-'
taires qui par le heerban peut de même être utilisé en cas de danger
3 Les milices communales sont formées par quartier ou
paroisse (gebeurten) ou voisinage (vinave)
4 Election des chefs
5 Rassemblement au son des cloches (tambours);
6 Exercice le dimanche
7 Habillement èquipement et chevaux aux frais des membres, armement, tentes, etc... , fournis sur la bourse commune
(gemeene beurs) par  les comnumes ou les métiers au rnoyen
des amendes infligées pour contraventions au règlement. Actuellement encore, les amendes sont versées à la caisse doit supporter.
ni ent entore les améndes sont vers(.es ti la caisse cornrnunoie
ccmme compensation des ti'tts que cette caisse doit supporter;
8 L'infanteriè civique forme aujourd'hui la masse de la
garde comme autrefois les Gildes formaient la masse des milices.
Les serments ont simplement changê de noms et sont 
devenu les corps spéciaux de nos jours;

9 Les volontaires d'aujourd'hui, comme ceux
sont choisis et ne sont admis qu après avoir pris l'engagement
d'observer le règlement de ces corps particuliers et de s'y
conformer en tous points.

10 Service gratuit et momentané; mais lorsque les troupes
s'éloignent de la commune, elles reçoivent une paie à charge des
communes;

11 Il n'y a pas jusqu'aux banquets annuels des gildes prinitives, lesquels étaienl parfois tumultueux, dont les traditions .ne se soient perpétuées jusqu'à nos jours.

Certes, chacune des périodes parcourues a imprimé son caractère et imposé ses progrès aux milices des différentes époques;
mais on peut, sans aucune difficulté, suivre les diverses transformations et reconnaitre que la filiation de notre garde civique
est bien établie avec nos gildes et nos anciennes milices commu-
nales, que les corps de volontaires d'aujourd'hui qûi s.'engagent
à des exercices supplémenlaires et peuvent être rnobilisés à
tout.heure, descendent en lignè directe de nos anciens serments.

Instrujte par les legons de l'histoire, la garde civique a cornpris toute l'irnportance de sa mission. Depuis sa création, elle a
prouvé combien elle est dévouée à nos institutions, en faisarit
respecter l'odre « sans lequel il n'y a ni lïberté, ni indépen-
dance, ni prospérité matérielle possible ». .

Elle a  saisi toutes les occasions d'affirmer chaleuréusernent
son d.évouement à notre consittutionnelle et populaire dynastie.
Nous rappellerons notamment les grandioses manifestations,
de haute portée nationale, auxquelles elle s'est, Iivrée lors de la
prestation de serment de Léopold 1ier en 1831 et de Léoopold II
en 1865 aux jubilés nationaux de 1856 et de 1880, lors de
l'énergique protestation antiannexionniste de 1860 à 1'entrée
triomphale à Bruxelles et dans les principales villes du pays de
LL. AA. RR le prince et la princesse Albert de Beigiquc;:
enfin, pendant toute cette année de festivités, qui nous a permis
de magnifler la Patrie pour les soixante-quinze annees de bonheur et de prospérité qu'elle nous a donnèes.

Toutes ces démonstrations, empreintes du plus pur patriotisme
témoignent que la garde civique est une force sur laquelle ie pays
peut compter. . . . . .
Si 1'histoire enregistre parfois des dêfajllances elle fait ressor-