Dagboek Raphaël Waterschoot
2ième Mission en temps de guerre  de la Garde Civique 
Uniformes de 1905
Bulletin officiel 683.jpg 245.6K
Vorige pagina | Volgende pagina
  Indexpagina of ga terug met de BACK-toets

32
leurs infatigables et enthousitistes su sein des populatjons civiles. C'est à vous de donner à ce sentiment élevé la force, la générosité lélan qui stimulent les dévouements, affermissent les énergies et font les nations véritablernent saines et fortes. A vous, également, de garder l'héritage du passé, les vertus traditlonnelles de notre peuple, et de faire que l'avenir de la Belgiquc indèpendante et libre ne soit pas livré au hasard périlleux des discordes sociales.

La discipline c"est la qualité indispensable à toute troupe armée. cell à laquelle ne peuvent suppléer ni l'intelligence, ni la valeur individuelle, ni l'habileté au maniernent des armes, ni l'ardeur à remplir le devoir, et sans laquelle les plus nobles efforts som condamnés è demeurer stériles.

Qualité maitresse, ai-je dit; qualité aussi la plus lente à acquérir, parce qu'elle est faite d'une obéissancc passive et des règles précises et rigoureuses, parce qn'elle exige des sacriftees constants, parce qu'elle veut Ie concours des volontés vers un même but, et eela su sein dune société oü les manifestations de lirnlivIdualilê s'aftlrmc'nt sans cease, et oü le citoyeo, û peine dèpouillé de runifonne, se trouve livré aux Apres convoitises Je toutes les concurrences de Is viel

Mais cette discipline rigoureuse, loin d'avilir celui qui s"y soumet pour Ie bien du pays, l"ennoblit tout au contraire. Elle Ie grandit dans l'estime publique, elle sauvegarde sa dignité personnelle comme elle sauvegarde l'honneur méme de la troupe  à laquelle il appartient.

Une instrncion militaire aussi éttendue que le permettent le nombre et la durée des prises d'arrnes prescrites par la loi, voila a monsens à mon sens, la troisème des conditions que la garde ecivique doit s'éfforcer de réunier.

Cette instruction, je suis heureux de pouvoir de pouvoir le proclamer en m'appuyant sur I'avis autorisé de M te Lieutenant général Inspecteur général et de MM. les Lieutenants gènéraux Commandants supérieurs de la garde, cette Instruction a rêalisé des progres marquants depuis la réorganisation de Ila milice citoyenne.

Les officiers de tout grade, dans l'infanterie comme dans les corps de volontaires, se sont sérieusement appliqués à accroitre  leurs connaissances théoriques et pratiques.

33
Des services de cadre, organisés dans la plupart des gardes
et méthodiquernent condujts permettent aux sous-officiers,
brigadiers et caporaux de s'initier convenablement aux devoirs
qui leur incombent.

 Les pelotons d'instruction, gértéralemert commandés par
des officiers et des sous-officiers capables et expérimentés, pro-
venant en grande partie de l'armée, ont donné de bons résul-
tats; de très nornbreuses recrues y ont fait un apprentissage
satisfaisant de école du soldat.

Les compagnies, enfin, de mème que les unités de cavalerie
et les batteries d'artillerie, grâce aux aptitudes des officiers, au
zèle et â la bonne volonté de la plupart des gardes, prennent
de la cohésion, et manceuvrerit avec une correction remarquée
qui s'accentuera de plus en plus.

2° Mission en temps de guerre

Quant â la participation éventuelle â la défense du pays,
M. le lieutenanti général Cousebant d'Alkemade, Ministre de la
Guerre, l'a exposée dans la séance du 25 octobre 1905 â la
Chambre des Représentants.

Il  résulte de ces déclarations que si la garde civique ne pou-
vait, á elle seule constituer la garnison de nos pIaces fortes, elle
doit, d'après la grande Commission mixte de 1901, donner l'ap-
point des 18,500 hommes qui y sont disponibles.

Qu'en dehors des forteresses, étant données les améliorations
apportées par la loi de 1897 â la valeur de ses cadres, la garde
civique est trés utilisable dans bien des circonstances. 

A l'armée de campagne, les corps de volontaires et certains corps organisés du premier ban y rendront de très grands services, pour assurer la garde de certains postes et surtout des lignes de communica-
tion: ces corps seront un des moyens de liaison entre l'armée
de campagne et sa base.

L'armée de campagne pourra se trouver ainsi tout entière en
première ligne. sans devoir faire aucun détachement.

UNIFORMES DE 1905.
L'arrêté royal du 15 octobre 1904 a approprié les uniformes,